L'été de tous les sages persiflages.

Publié le par jeresiste

gsb.jpgTout a fait normal que notre blog provoque quelques réactions. Mais, (parce qu’il y a un mais) je suis un peu déçu… elles sont rares et peu agressives (voire polies). « Vous ne connaissez que l’univers littéraire du milieu parisien », « vous mettez en lien des gens que vous critiquez », « vous pouvez dire ce que vous voulez puisque vous écrivez anonymement »… et patati et patata.
Pipi de chat.
OK ! On a les visiteurs que l’on mérite (et ceci est un compliment messieurs dames).
Dorian Gray, Ripley et moi, nous nous attentions à un tollé général, une levée de boucliers, une grève radicale du milieu (auteurs, distributeurs, éditeurs, imprimeurs, correcteurs, attachées de presse, critiques littéraires…), au lieu de ça, rien de rien. Sommes-nous finalement trop gentils ? Ne rentre-t-on pas assez dans le lard ? Le fiel déversé doit-il noyer nos écrits ? On peut le faire, vous savez.
Là par exemple, je pourrais très bien allumer le dernier livre (enfin, je ne sais pas trop comment ça s’appelle) de Gonzague Saint Bris : Histoires d’été (avec un CD bonus dans lequel le grand homme lit le livre. Une formidable valeur ajoutée !). Dans ce truc il est censé, je cite l’argu : « ressusciter les anecdotes évanouies et les scènes hautes en couleur des jours d'antan. Du 14 juillet au 27 août. Il nous entraîne chaque jour, au rythme du décalage horaire de l'Histoire, pour nous dévoiler des événements survenus à la même date, mais quelques siècles ou années plus tôt. »
Je pourrais parfaitement ironiser sur la facilité d’écrire un livre de cette nature. (Merci Google !) Je ne le ferai pas car ce n’est pas mon genre.
Bon, tout ceci ne va pas m’empêcher de citer un nouvel extrait de l’argumentaire (on ne s’en lasse pas !) : « Comment Greta Garbo rencontra l'amour dans un chalet suisse avec un jeune poète en août 1972 ? Quel hasard funeste épargna Adolf Hitler le 20 juillet 1944 ? Dans quelles circonstances estivales Marcel Proust assista-t-il à sa première projection de cinématographe ? Quel fut le destin d'Evita Peron, née dans le péché et morte comme une sainte le 28 juillet 1952 ? » Tout de suite, ça donne envie. Attendez, ne partez pas, il en reste un bout. Kikenveut ?
 « 45 journées inoubliables, 45 récits qui vous feront remonter le temps. Cet été, chaque souvenir aura une histoire avec Gonzague Saint Bris. » J’en frissonne d’avance.
Sans déconner, Gonzague, tu es un écrivain de talent, (Les vieillards de Brighton et L’enfant de Vinci n’étaient pas à jeter aux orties !) alors pourquoi faut-il que tu t’abaisses à ce genre d’ouvrage ? (Je me permets de te tutoyer parce que, toi non plus, tu ne sais pas qui je suis, mais nous nous sommes rencontrés souvent). Pour gagner encore plus d’argent. Un château, ça s’entretient ? Tiens, oui. Pas con.
 
Bref, les amis, nous continuerons à persifler encore longtemps. On adore cela.
(Dorian, suite à ta précédente note, je suis allé voir les fameux mots-clefs… MDR, comme ils disent, les ados d’aujourd’hui.)
 
Rastignac

Publié dans par Rastignac

Commenter cet article

Pia Petersen 11/07/2007 20:35

Quoi? Vous êtes partis en vacances? Et les persiflages? C'est fini?

Camille Butterfly 09/07/2007 03:12

> Dorian Gray : ah je ne sais pas pour l'hyperlien !
habituellement ça marche...
> Rastignac : je ne remets pas en cause votre envie de persifler, je suis juste déçue pour les raisons que j'évoquais précédemment. J'avais découvert ce blog à ses débuts et je m'attendais à autre chose, un persiflage différent… mais c'est pas grave.
Bien évidemment ça n'engage que moi et ne vous engage absolument à rien. Vous faites ce que vous voulez et je fais ce que je veux :0070:
Ah non, j'aurais peut-être dû m'abstenir de donner mon avis tiens ! :0037:
bah j'ai encore perdu une occasion de me taire, m'en voudrez pas ? :0032:

Benoît FAPM 05/07/2007 18:37

En fait, je m'interroge sur ce que vous recherchez tous les 3. Si c'est le plaisir simple de flinguer quelques fats au détour de vos plumes pleines de fiel, c'est très bien.
Si vous cherchez la célébrité anonyme, c'est déjà autre chose et moins dépourvu de spontanéïté je trouve.
Personnellement, je trouve assez agréable de vous voir assaisonner l'establishment. Ne cherchez pas les réactions et le succès, faites vous (nous) plaisir, le reste viendra naturellement... Peut-être...

Sarvane 05/07/2007 14:30

Merci Rastignac pour vos éclaircissements. Je suis très curieuse, d'où toutes mes questions. A bientôt, car j'ai bien l'intention de repasser !

Rastignac (gnac) 05/07/2007 13:51

@sarvane: Pas mal l'interview sur Resonnance... et l'idée de votre blog aussi d'ailleurs. Je ne fais là aucun mauvais esprit. Faire découvrir des nouveaux auteurs pas du tout connus du grand public est une sacrée bonne idée. Mais voyez-vous, vous le faites très bien. Nous, nous parlons de livres plus positivement peut-être ailleurs, qui sait? Ici, on s'amuse, on se lâche un peu plus, on exprime nos énervements et nos agacements sur des gens que l'on connait. Vous savez, ce n'est pas très grave. Et puis, je préfère (car je ne peux parler que pour moi) titiller les Saint-Bris, Musso et d'Arvor plutôt qu'un auteur qui se lance. Ce n'est pas plus logique de "s'attaquer" aux "puissants"?
@Camille Butterfly: J'ai bien lu vos remarques. Dont acte.
Mais, encore une fois, si vous ne vous sentez pas concernée Camille (ce que je comprends parfaitement) nous n'obligeons personne à nous lire... vous êtes d'accord avec moi? Nous avons décidé de persifler. Point barre. C'est écrit clairement dans le titre de notre blog, donc, les gens qui viennent fréquemment le font en connaissance de cause. Allez, mademoiselle, je vous salue très cordialement (et pis, j'ai réussi le puzzle chez vous!)