Mon café, sinon rien!

Publié le par jeresiste

cf---copie-1.jpgCeci n’est pas une note. Ceci est un cri. La rage m’envahit.
Ca faisait un moment que le patron m’en parlait. Je ne voulais pas le croire. Je pensais qu'il déconnait. 
Je ne suis pas le seul dépité, je présume. 20 ans que cela n’était pas arrivé.
Albert Cossery, François Nourrissier, Pierre Bourgeade, Jean d'Ormesson, Jorge Semprun, Tahar Ben Jelloun, tout comme votre Rastignac préféré, sont des fidèles du lieu.
Je ne pourrai donc plus écouter discrètement Patrick Besson et Marc-Edouard Nabe polémiquer autour d’un verre. Et Pascal Bruckner et Yves Simon et BHL et…
Liste non exhaustive.
Je m’amusais pourtant tellement de voir les auteurs donner des interviews en crânant, les acteurs faire leur numéro de cirque lors de leur rendez-vous, les éditeurs signer des contrats à des peoples analphabètes, les critiques littéraires se faire acheter par les attachées de presse sexuellement attirantes, j'en passe et des moins bonnes... C'est simple, on m'enlève mon joujou, mon laboratoire d'étude comportemental. Non, franchement, cette décision est tout bonnement scandaleuse. Pourrie même.
Où allons-nous nous retrouver, Dorian Gray, Ripley et moi pour remettre un peu d’ordre dans ce milieu littéraire en se torchant la gueule ? Où vais-je passer mes après-midi pour observer, écrire, converser, draguer les étudiantes en littérature ?
Non, la fermeture du Café de Flore du 23 juillet au 19 août « pour cause de réaménagement des cuisines et de rafraîchissement de la salle » me révolte.
Tiens, j’ai l’idée d’une pétition. J’ai envie soudain de me DanielSchneidermanniser.
 
Rastignac

Publié dans par Rastignac

Commenter cet article

Sarvane 06/07/2007 15:28

Cher Rasti, le temps d'un été, passez à côté, installez-vous aux 2 Magots ;-) Du beau monde y passe aussi... Ah ! ou en face ? un resto si mes souvenirs sont bons, où certains ont leurs entrées...

Anne-Sophie 29/06/2007 14:13

Allez un tout petit mois et nous pourrons revenir boire un verre et qui sait peut-être le boire ensemble ?

En attendant signons la pétition de Schneidermann !

marie-charlotte de la tronchambière 29/06/2007 13:46

Le Café de Flore fut le lieu d'une rupture amoureuse.

Après une séparation de quelques semaines "pour faire le point", qui m'avait beaucoup fait sangloter, nous décidons de nous revoir pour dire si tout reste encore possible.

Je ne sais pas pourquoi mais je choisis le Café de Flore.

J'arrive en avance, le coeur battant. Me remémore notre vie commune. Tout celà peut recommencer puisque c''est lui qui m'a rappelé.

Il arrive. Je ne le reconnais pas. Je trouve ce mec moche, les yeux creux, dégaine de looser. Et, là, devant mon chocolat pas très chocolaté du Café de Flore, je comprends que j'en ai fini avec lui.

Assise sur les chaises cannées du Café de Flore, je l'ai écouté parler. Et quand il a terminé, j'ai réglé, je me suis levée et j'ai été m'acheter une robe.

Ce jour là, j'ai recommencé à me trouver belle.

C'était il y a quinze ans, je crois. Je ne suis plus jamais retournée au Café de Flore.

yapadra 28/06/2007 17:53

hé hé, j'ai bien cru 5 secondes à un véritable cri d'indignation ! Content de voir que vous vous départissez pas de la légèreté qui fait le charme de ce blog, que j'imagine de plus en plus couru, et pas seulement dans le "milieu". Bon courage pour votre été "à sec".