Crétins anémiques...

Publié le par jeresiste

Il y a les coteries (voir le fiel de Dorian sur le prix ELLE) et puis il y a les « bébé coteries ». Qu’est-ce qui est plus pathétique au fond, de ces anciens qui se congratulent entre eux… ou de ces jeunes aspirants à la gloire qui singent leurs aînés sans jamais oser taper dessus ou s'en exonérer d'un iota ? Dans le genre grotesque je vous conseille donc CAEP, ou Club des Alcooliques Elégants de Paris (rien que ça, ils ne doutent de rien !), sorte de petit cercle d’auteurs-éditeurs-journaleux, qui se réunit mensuellement et nuitamment autour d’un verre ou dix, plutôt chargés les verres en effet. A l’origine de l’initiative, si j’ai tout bien compris, on trouve des esprits aussi franchement frondeurs et révolutionnaires que Jessica Nelson (Vol de nuit), Jean-François Dauven (Fayard), Denis Bouchain (Plon) et consorts.

Bon après tout, on ne va reprocher à un groupe d’amis de se retrouver pour faire la fête. Rien de plus légitime. Mais à leur vacuité ordinaire, ces zbires là ont ajouté récemment un nouveau titre de gloire : organisateurs de soirées « vintage ». Il m’a suffit de jeter un œil sur le carton de la récente soirée Spécial Disco, reçu par un proche, pour tout comprendre. Pas même besoin d’y aller. C’est donc cela, les enfants des baby boomers ne rêvent que d’une chose : la jeunesse éclatée de leurs parents. Dieu qu’il doit donc s’ennuyer, le Paris littéraire des années 2000, pour lorgner ainsi dans le rétro intérieur. De l’air, de l’air !! Ouvrons la fenêtre !

Publié dans par Ripley

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article